accompa

janvier 22nd, 2015
« Viré comme un mal propre » !

« Viré comme un mal propre » !

Voilà une phrase qui pourrait « sonner » comme une gifle reçue sur son visage.

Lorsque j’ai entendu cette phrase (à plusieurs reprises, de personnes différentes), il m’a semblé intéressant d’écouter / d’être attentif à  la manière dont la personne avait vécu son licenciement, au delà des raisons exactes de son licenciement: quelle(s) émotion(s) a-t-elle ressenti ? Comment se sent-elle en m’en parlant ?

C’est une période de deuil plus facile à traverser si la personne est accompagnée.

Etre accompagnée correspond selon moi à la prise en compte de la personne, de ce qu’elle ressent ici et maintenant, ainsi qu’à la mise en place progressive d’un projet professionnel (compétences développées, définition et étude de faisabilité de son projet). Il est donc intéressant voire nécessaire de négocier, lors de son licenciement, un budget dédié à un accompagnement (outplacement, bilan de compétence).
Pour cela, il est indispensable que vous vous sentiez en confiance avec la personne qui va vous accompagner.

J’attire particulièrement votre attention sur le fait que la responsabilité de la réussite de l’accompagnement ne dépend pas du consultant. Il s’agit d’une co-construction de votre projet, le consultant étant un réel soutien et non un sauveteur. L’implication de la personne licenciée est indispensable. Le consultant sera donc attentif à cela tout au long de votre outplacement.

Et si cette période difficile se transformait en opportunité(s), comme une occasion de …… ?

Benoit Cayol
Coach certifié HEC
06 88 15 70 38

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *